CHAPITRE 9 - LA FONDERIE

I

 

– Bonjour à tous ! Nous nous retrouvons à nouveau à Svandia pour le deuxième match de la journée ! Cette partie, qui promet d’être explosive, opposera l’équipe de la Khain Corporation à celle de Kantour !

On pouvait entendre la voix du speaker depuis la plateforme de préparation. Dans la Fonderie de Svandia, prendre la base ennemie n’était pas un objectif, aussi ces mêmes bases étaient séparées du reste de l’arène où les combattants seraient téléportés dans deux minutes trente.

Les batailles de la Fonderie de Svandia se déroulaient entre deux équipes de trois joueurs. Après concertation avec le capitaine, l’équipe technique de la Khain avait décidé de titulariser Ilm avec Jördnyr, et un autre guerrier du nom de Tsyza. Ce dernier était une créature hermaphrodite à la peau bleu foncé et aux yeux rougeoyants dépourvus de pupilles. Ses longs bras translucides et élastiques étaient comme soudés à son corps, ce qui donnait l’impression qu’il en était dépourvu, mais il pouvait les en détacher à sa guise, de même que ses deux pseudopodes postérieurs, qui pouvaient faire office de jambes mais avaient d’autres applications. Il était équipé d’un petit communicateur, inséré sous sa peau, qui lui permettait de parler en langage humain. Ilm venait de le rencontrer, et avait beaucoup de mal à ne pas le dévisager en permanence.

Il fut sorti de ses pensées par la voix de la speakerine Aina :

– Le match commence dans cinq… quatre… trois… deux… un… il commence !

Happé par une lumière blanche, le jeune homme eut la sensation d’être dépourvu de son poids pendant quelques secondes, ce qui lui donna une forte sensation de lourdeur lorsqu’il se réceptionna sur le sol de la Fonderie de Svandia.

Tsyza se retrouva soudainement illuminé d’une aura brillante, qui se maintint pendant un instant avant de faiblir, sans pour autant disparaître. Il avait été désigné VIP de la manche.

Les matchs de la Fonderie de Svandia se déroulaient de cette façon : au début du round, un VIP était désigné dans chaque équipe, et le but était de tuer le VIP adverse en moins de trois minutes. Si le temps imparti arrivait à son terme, le VIP qui se trouvait le plus près du centre de l’arène faisait remporter la manche à ses alliés. Et il fallait cinq manches gagnantes pour remporter l’ensemble. Ici, les combats d’équipe étaient le plus important. Il était très rare de l’emporter en refusant l’affrontement, car la zone était trop petite pour éviter de se rencontrer.

Devant Ilm s’étendait un premier couloir qui, après quelques mètres, était séparé en deux par une immense machine métallique aux reflets cuivrés et abandonnée depuis longtemps. Il avait étudié la carte des lieux dans ses moindres détails, et savait qu’au-delà, il y avait trois directions possibles. Il était bien sûr assez rare de prendre la voie centrale, car elle emmenait directement au milieu de l’arène, là où une équipe était la plus vulnérable.

Jördnyr dirigeait les opérations, comme à son habitude. Même s’il savait que le capitaine d’équipe n’était pas systématiquement titularisé, Ilm se demandait souvent comment la Khain Corporation pouvait bien faire sans lui. Peut-être était-ce aussi pour cette raison qu’elle l’avait recruté, pour compléter son armée d’analystes et d’entraîneurs personnels.

Même si cela pouvait varier d’un match à l’autre, cette fois-ci, Brynja leur avait recommandé de rester groupés, car les ressortissants de Kantour excellaient dans le fait de jouer séparés. Leur défi serait ici d’anticiper les mouvements ennemis pour surprendre un joueur seul. Bien sûr, le VIP de l’équipe d’en face serait le plus choyé, et devrait constamment tenir ses coéquipiers au courant de sa position. Dans la configuration de l’équipe de la Khain Corp, Tsyza était encadré par Ilm et Jördnyr.

– À gauche, commanda le capitaine.

Ils prirent donc la direction de la voie du bas, puis s’arrêtèrent comme un seul homme derrière un conduit métallique à moitié rouillé, haut de deux mètres. Cette arène avait été construite autour d’une fonderie, désaffectée depuis que l’administration de la planète Svandia avait, à la demande de la Synarchie, centralisé ses activités autour de sa capitale, et dégageait une étrange atmosphère, complètement à l’opposé de la propreté et de la prestance de l’Arène d’Arkashan. Dans un sens, elle ressemblait bien plus à un champ de bataille.

Les trois joueurs attendirent pendant une minute. Ilm se doutait que son capitaine savait déjà que leur patience ne serait pas récompensée. Mais c’était la consigne de Brynja pour les deux premiers rounds.

– Kaelder ne sera pas efficace avant d’avoir assez de crédits pour pouvoir s’acheter l’évolution de ses dagues. Les attaquants comme toi ne sont pas favorisés dans la Fonderie de Svandia, mais j’ai décidé de faire un pari au vu de tes capacités. Ne t’inquiète pas, tu auras deux poids lourds avec toi. Aussi, votre but sera de tenter de gagner les manches en jouant la montre jusqu’à ce que votre composition soit assez forte pour ne plus être concurrencée. Il y a fort à parier que les Kantouris seront très agressifs pour ne pas vous laisser atteindre votre pic de puissance.

Alors que le jeune homme ruminait la deuxième partie de la stratégie de l’entraîneuse en chef, Jördnyr fit signe à ses deux coéquipiers de se remettre en mouvement. Ils allaient se replier puisqu’ils n’avaient pas pu surprendre qui que ce soit. Cela pouvait impliquer, au passage, que leurs adversaires avaient décidé de déroger à leur style habituel et de jouer regroupés. Brynja avait été claire à ce sujet : ne surtout pas chercher l’affrontement.

L’équipe retourna donc rapidement, sans croiser âme qui vive, à proximité de son point de départ, avant de prendre la direction du nord de l’arène. Ils aperçurent alors une silhouette humaine. Pendant une seconde, Ilm reconnut une femme aux cheveux bruns tressés et couverte de peintures tribales, vêtue de vêtements en cuir. Puis elle disparut de son champ de vision, suivie par une sorte de petite sphère métallique blanche.

Jördnyr décéléra.

– Repli d’un mètre. Tsyza, prépare ton lance-flammes.

Le guerrier au corps flasque était en effet armé d’un objet peu conventionnel dans les Games of Glory : le lance-flammes n’était efficace que sur un tiers des participants aux Jeux, et deux de leurs trois adversaires étaient immunisés aux brûlures qu’il provoquait. Mais en plus du feu, il projetait dans l’atmosphère des toxines particulières qui affectaient le mouvement. Il était donc principalement utilisé comme une arme de soutien, en l’occurrence pour permettre à Ilm d’atteindre sa cible plus facilement, muni de ses dagues aux lames bleutées.

Les indications du capitaine d’équipe ne pouvaient signifier qu’une chose : le combat était proche. À peine Tsyza avait-il brandi son arme sans un mot que l’équipe ennemie au complet arriva dans leur direction : l’humaine qu’ils avaient aperçue venait depuis la gauche, d’où elle avait disparu quelques instants plus tôt, pour donner le signal à ses alliés. Ceux-ci arrivaient de la droite. Un vieil homme trapu et à la longue barbe blanche, vêtu de vêtements en tissus… et d’un minigun. Il était suivi d’une femme à la peau verte et couverte d’écailles. Sa carrure imposante et l’armure qu’elle portait en disaient long sur son rôle au sein de son équipe.

Ilm se mit en garde. Le VIP d’en face avait été identifié : il s’agissait du vieil homme, qui était enveloppé de la même aura brillante que Tsyza. Et c’était à lui de le faire tomber avant que les Kantouris ne parviennent à refermer leur piège. Il devait attendre la meilleure occasion pour se lancer dans la mêlée. Il regarda Jördnyr, qui lui répondit par un signe de tête entendu. Il approuvait l’initiative.

Une seconde. Ils étaient en train de se rapprocher. Seuls quelques mètres les séparaient encore de leurs adversaires, et il n’y avait, évidemment, plus aucune échappatoire. Quatre secondes. Le vieillard était bien positionné derrière ses alliés. Il s’agissait de Grejan, membre éminent du Conseil des Aïeux de Kantour. La preuve vivante de la fonction politique des Games of Glory. Et l’une des rares réelles figures d’opposition au Synarque, que le statut rendait intouchable. Dix secondes. La distance était ridicule. Ilm activa son appareil, et disparut de la vision de ses ennemis. Mais il savait bien que ceux-ci anticiperaient.

Aussi il choisit de prendre une direction à mi-chemin entre le plus et le moins évident. Il savait que, de toute façon, ses adversaires n’auraient qu’une chance sur trois de l’attraper. Seulement quatre jours s’étaient écoulés depuis son premier match, et il espérait que les autres équipes n’avaient pas eu le temps d’étudier sa façon de faire. Mais il savait très bien que c’était faux, surtout au vu de l’armée d’analystes de la Khain Corporation – nul doute qu’une faction telle que Kantour avait des moyens comparables.

Ilm bondit en avant, tout en se déportant légèrement sur la gauche. Il avait repéré un léger espace entre Grejan et son imposante voisine, et avait pris la décision de ne surtout pas s’en servir, redoutant un piège. Mais il fit mine de s’y diriger avant de sauter pour passer au-dessus du géant, dans une pirouette qui l’amena à se réceptionner juste derrière le vieillard. Il leva sa lame et, avant que quiconque n’ait pu réagir, l’abattit sur le VIP adverse, lui tranchant le cou.

Un tonnerre d’applaudissements résonna soudain dans l’arène. Le public, massé dans des gradins à peine visibles autour de la Forge, venait d’assister à une élimination inattendue alors que le combat semblait mal engagé. Ilm eut alors la confirmation de ce qu’il espérait : cette action avait permis à sa formation de l’emporter dans des conditions pourtant peu favorables.

Jördnyr lui adressa une tape dans le dos.

– Félicitations, comme d’habitude.

Comme d’habitude ? Ce n’était pourtant que sa deuxième partie. La routine était loin de s’être installée. Mais il sourit en retour, avec une certaine forme d’innocence dans le regard.

– Merci.

Les trois joueurs, ainsi que leurs adversaires, virent alors leurs clones téléportés de nouveau dans la zone de préparation, pour la deuxième manche.

En vérité, le match s’annonçait extrêmement bien pour la Khain Corporation. Kantour, pourtant théoriquement à son avantage en ce début de partie, venait de perdre une manche, ce qui donnait à son adversaire du jour un sursis suffisant pour atteindre son pic de puissance avant la fin.

– Et c’est parti pour la deuxième manche ! s’écria le speaker. Les deux équipes sont gonflées à bloc, mais j’ai le sentiment que les Kantouris vont revenir dans l’arène avec une puissante rage de vaincre !

En effet, lui répondit sa collègue. Je les vois mal refaire la même erreur et permettre encore au jeune Kaelder de réaliser une percée aussi impressionnante !

Les voix des commentateurs étaient réduites au silence au maximum en dehors de la zone de préparation, mais ce système, récent, était perfectible, et n’empêchait pas les participants d’entendre des bribes, surtout quand le volume sonore de leurs paroles était au plus fort.

Lorsqu’ils arrivèrent de nouveau dans l’arène, Ilm avait acheté de nouvelles dagues, plus larges et plus longues. Même s’il s’efforçait de le cacher, ce premier coup d’éclat l’avait gonflé à bloc. Il ne devait surtout pas décevoir ses coéquipiers, et encore moins Kirsten Saeming, dont il pensait qu’elle devait l’observer, quelque part dans les gradins, ou depuis son quartier général. Ou peut-être était-elle occupée à autre chose ? Le jeune homme ignorait tout de la vie d’une présidente de multiplanétaire.

Jördnyr s’éclaira alors d’une aura dorée. Il avait été désigné VIP de son équipe pour la manche à venir.

– Bon, déclara-t-il, on va essayer de la jouer un peu plus fine cette fois, parce que là, on s’est fait surprendre bêtement. Alors niveau rotations de mouvements, on va faire une percée jusqu’à leur base. Allez !

Les deux autres membres de l’équipe s’exécutèrent après avoir hoché la tête. Ilm nota d’ailleurs à cette occasion que Tsyza n’avait toujours pas parlé depuis qu’il l’avait rencontré, malgré les capacités de son traducteur. Cette espèce n’était visiblement pas bavarde.

Les joueurs commencèrent à courir. Cette fois-ci, il ne fallait pas laisser l’équipe de Kantour mettre à nouveau son piège en place. Néanmoins, ceux-ci devaient se douter, de leur côté, que l’équipe de la Khain n’allait pas se laisser avoir de la même manière cette fois-ci. Mais sachant que ces deux formations, présentes dans le peloton de tête du classement des équipes des Games of Glory, disposaient d’un grand nombre d’analystes, l’anticipation de l’action de l’adversaire pouvait se faire jusqu’à l’infini, et il fallait donc raisonner autrement.

Ils dépassèrent l’énorme tuyau puis se dirigèrent, cette fois-ci, vers le sud de l’arène. Tsyza était en première position, Jördnyr en deuxième et Ilm en troisième. Même s’il avait été désigné VIP, il restait un poids lourd, et le capitaine de l’équipe, là où la jeune recrue de la Khain était un assassin que la tenue de combat protégeait peu des attaques de ses assaillants.

Ils tombèrent nez-à-nez avec l’ensemble de l’équipe ennemie dès la sortie de ce couloir. La colosse, en tête de course, abattit sa massue de deux mètres dans ce qui, chez un humain, aurait été les côtes de Tsyza. Coupée en deux par l’impact, la créature hermaphrodite lâcha un cri à peine audible et, allongeant ses membres, attrapa la partie inférieure de son corps avant de la rattacher au reste dans un bruit spongieux. Dans le même mouvement, sa longue et massive épée contondante alla frapper son adversaire, la forçant à reculer en se cabrant sous la douleur visiblement provoquée.

Grejan se montra alors dans le dos de la guerrière et, plaquant ses deux mains sur le corps massif, l’entoura d’une aura bleutée. Les traits de son visage s’allégèrent et elle se releva, à nouveau prête à faire barrière de son corps pour protéger ses pairs.

Se battre dans des petits couloirs n’était clairement pas à l’avantage d’Ilm, et il n’avait cette fois-ci aucune ouverture pour atteindre la jeune humaine au visage peinturé, dont la lumière blanche caractéristique avait mis à nu sa qualité de VIP de Kantour. Au moins, ce n’était pas la mastodonte qui la protégeait, que le jeune homme se sentait incapable d’atteindre.

Il décida alors d’appliquer l’une des stratégies de combat les plus simples qui soient : ouvrir un deuxième front. Après un bref signe de la main à son capitaine, il recula et contourna ce nouveau tuyau géant pour arriver dans le dos de l’équipe ennemie. Cette dernière l’avait vu partir et avait déjà préparé sa défense. Il fut accueilli par une rafale de plasma.

Vivement repoussé, le jeune homme se cacha derrière une tranchée. Il ne pouvait pas avancer. Étrangement sur la défensive, les Kantouris tenaient leurs positions. Cela ne dura qu’une seconde supplémentaire, alors que le capitaine, soutenu par le feu nourri des deux combattants, s’élança dans la direction des deux autres joueurs de la Khain, qui se retrouvaient de fait en infériorité numérique. Ils savaient qu’ils devaient profiter de cette courte fenêtre pour mener l’assaut.

Ilm devait mettre la pression. Il activa son camouflage, et s’élança hors de son abri, conscient que ses adversaires pourraient à peu près deviner sa position s’il courait vers eux, que ce fût en zigzagant ou en ligne droite. Un nouveau bruit spongieux se fit entendre. Tsyza venait probablement d’essuyer un coup, et il était fort possible que son clone soit mort, ce qui laissait le capitaine de l’équipe seul contre trois adversaires.

Ilm accéléra, mais il savait que la contre-attaque allait venir, aussi il sauta en avant, et, dans une adroite pirouette, retomba à quelques mètres de la jeune femme aux tatouages tribaux. Sa colossale alliée ne se retourna pas, trop occupée à combattre le capitaine d’équipe de la Khain. Mais Grejan, décidément remis de sa guillotine, couvrait sa protégée de son propre corps, prêt à décéder une nouvelle fois pour elle.

Le jeune homme n’avait que très peu de temps. Il brandit sa dague, et l’abattit sur le vieillard, qui para comme il le put de son fusil d’assaut. Ce dernier fut brisé en deux, et Ilm asséna à sa victime un puissant coup de genou, avant de profiter de sa déstabilisation pour viser à nouveau son cou.

Mais il fut soudain frappé de plein fouet au visage. L’arme en question était un énorme boomerang, long d’un mètre. Ce dernier avait continué sa course et revenait désormais sur lui. Le jeune homme esquiva d’un saut sur le côté, mais la mort de Grejan s’en trouva retardée. C’était la jeune femme qui venait de le lancer. La VIP de son équipe. Junko. L’humaine de la planète Kantour. Cette ancienne employée de la Khain Corporation qui avait coupé tout contact avec son employeur quelques mois après son arrivée sur le monde forestier, avant de reparaître, des années plus tard, combattant auprès des populations autochtones.

La manche n’était pas terminée. Jördnyr luttait probablement encore en un contre un, et avait ses chances de l’emporter. Tout le reste reposait sur le jeune homme, qui devait réussir au moins à retenir les deux autres combattants pour qu’ils ne puissent pas venir en renfort de leur alliée, voire, s’il en avait la possibilité, tuer la cible prioritaire.

Le deuxième assaut débuta. Ilm, cette fois-ci, allait utiliser ses deux dagues. Junko pouvait à nouveau lui lancer son boomerang – il s’y attendait, désormais.

Grejan, de la fine sarbacane qui accompagnait son défunt fusil d’assaut, tira une fléchette empoisonnée, que le jeune homme esquiva de justesse. S’il avait été touché, il aurait été immobilisé pendant de précieuses secondes, incapable de voir autour de lui. Mais il profita de l’inverse pour s’élancer dans un assaut dévastateur. D’une dague, il trancha la main tenant la sarbacane, et de l’autre, visa la tête.

– Ne crois pas m’avoir aussi facilement, jeune homme.

D’un mouvement léger et fluide, tout en déclamant sa courte réplique, le vieillard se jeta en arrière, évitant le coup fatal, puis, dans un mouvement circulaire, crocheta les jambes de son assaillant. Ilm, déséquilibré, fut alors frappé de plein fouet par les tirs de Junko.

Blessé au torse, considérablement affaibli et sans doute sur le point de rendre l’âme au vu de ce qui était sa première blessure grave en match officiel, il se releva très rapidement malgré tout, se concentrant sur le fait que son entraînement holographique avait maintes fois provoqué une telle douleur. Cette fois-ci, il privilégia une tactique surprise, et lança sa dague en avant. Elle se planta dans le visage du vieux soigneur kantouri, qui se maintint debout encore quelques instants avant de succomber en tombant à la renverse.

Ilm réactiva son camouflage, et, avant que Junko n’ait pu le repérer, s’approcha d’elle en deux pas et, se positionnant à son profil, lui trancha la tête.

Un prodige. Je suis un prodige, pensa-t-il en tombant lui-même sur le sol froid, complètement à bout de forces.

Jördnyr avait survécu. La Khain Corporation menait de deux points à zéro. Et la prochaine manche était le début de son pic de puissance supposé.

Lorsqu’il réapparut, son clone entièrement restauré, dans la base de préparation, son capitaine le fixait avec circonspection. Et même si le regard de Tsyza était indéchiffrable, il décrivait sans doute le même sentiment.

– Décidément… lâcha Jördnyr.

Ilm ne put pas s’empêcher de sourire à cette réplique, avant de procéder à l’achat de sa troisième arme : des katanas aux lames fines et translucides qui lui avaient beaucoup servi dans l’Arène d’Arkashan.

La troisième manche commença sous les meilleurs auspices pour l’équipe de la Khain Corporation. Jördnyr décida donc d’opter pour la stratégie la plus simple.

– Cette fois-ci, moi et Tsyza, on se met directement au centre, et on temporise.

C’était à nouveau le guerrier à la peau translucide qui avait hérité du rôle de VIP. Ilm, lui, allait être chargé de patrouiller pour son équipe, tout en cherchant à débusquer l’ennemi.

Contre tout attente, Kantour avait choisi exactement la même direction, et les deux formations se rencontrèrent dans ce large espace circulaire, où, sur le sol métallique bleu sombre, était peinte une énorme étoile cuivrée.

Ilm activa son camouflage une énième fois. Maintenant, il allait se faire discret, en espérant qu’une fois de plus, ses alliés tiennent en deux contre trois. Tsyza était bien positionné derrière, brandissant son lance-flammes. Lorsque la mastodonte ennemie fit mine de s’approcher, il l’activa et créa une barrière incandescente entre lui et ses adversaires.

Ilm s’avança progressivement dans la direction de Grejan, à nouveau VIP. Un heureux hasard statistique, qui valait d’ailleurs aussi de son côté, puisqu’il était toujours libre de prendre des risques payants.

Devinant son approche, Junko se plaça devant son allié et lança son boomerang. Mais Ilm avançait lentement et elle ne pouvait le voir. Aussi l’arme de jet passa à deux mètres de sa position. Il en profita pour effectuer une roulade qui l’amena à la hauteur de ses ennemis.

Il allait temporairement se retrouver seul contre tous, et ses alliés le savaient. Tsyza s’avança donc avec force dans la direction de ses ennemis, tout en rechargeant son lance-flammes.

Tout d’un coup, d’un mouvement extrêmement vif, la géante de Kantour leva sa massue et l’abattit sur l’hermaphrodite. Toute la partie supérieure de son corps, que l’on pouvait associer à son crâne, fut coupée en deux. La créature tituba, puis tomba.

Ilm crut que la manche était perdue, mais le compteur continuait de tourner. Il restait une minute trente. Il resta immobile deux secondes, puis décida, tant qu’à faire, d’activer son camouflage et de foncer vers sa cible, qui se trouvait légèrement exposée à ce moment. L’imposante guerrière voulut s’interposer, mais le jeune homme, presque invisible, n’eut aucun mal à l’esquiver, zigzagant entre deux combattants de Kantour pour venir sabrer Grejan de l’épaule à l’abdomen de son premier katana, avant de lui administrer un coup de genou latéral pour l’empêcher d’utiliser sa sarbacane, et de l’achever du deuxième sabre en lui traversant la tête d’une oreille à l’autre. Moucheté par un jet de sang bleu, il grimaça tandis qu’une clameur encore plus impressionnante que la précédente s’élevait de la foule.

Lorsque les trois membres de l’équipe furent revenus dans la base de préparation, Ilm demanda :

– Tsyza… Comment est-ce que tu as fait pour survivre ?

Le rictus qui se forma sur le visage de l’intéressé devait s’apparenter à un sourire. Toutefois, Jördnyr répondit pour lui :

– Les homollis peuvent déplacer leurs organes dans leur corps pour les préserver d’un danger. Il a eu le réflexe d’abaisser son cerveau avant le coup fatal. Il a été légèrement endommagé, mais il a survécu à pas grand-chose. Je crois que les Kantouris misaient sur ça, et tu as très bien réagi, quoiqu’un peu en retard.

– … Désolé…

– Ne dis pas ça. On n’y peut rien si on n’a connu notre adversaire que quatre heures avant le début du match. Si on avait eu plus de préparation, tu serais déjà au courant.

Ilm hocha la tête en souriant légèrement.

L’enjeu de ce match était, pour lui, assez ironique. Un groupe de guérilleros constitué de kantouris et d’humains avait pris d’assaut une exploitation minière de la Khain sur la planète forestière, et avait tué les travailleurs. La Khain Corporation réclamait des réparations aux autorités kantouries, qui s’y refusaient en retour. Et comme toujours, les Jeux devaient trancher.

Il n’y avait pas forcément d’enjeu à un match des Games of Glory, mais dans les faits, c’était le cas la grande majorité du temps. Il y avait toujours quelqu’un pour se plaindre qu’il y avait un problème quelque part.

La quatrième manche commença, et Jördnyr décida d’appliquer exactement la même stratégie que pour la précédente. Après tout, ils n’avaient aucune raison de ne pas le faire. Leur composition d’équipe était devenue la plus dominante, et à moins d’une erreur importante, ils ne risquaient plus grand-chose.

Cette fois-ci, Ilm avait bel et bien été désigné VIP de la partie. Nul doute que la mastodonte kantourie avait obtenu le même rôle. Cela donnait un avantage à leurs ennemis, au final.

Ils se positionnèrent au centre de l’arène, et Ilm au milieu de l’étoile aux teints cuivrés, couvert par ses deux coéquipiers.

Ils attendirent donc. Personne ne venait.

Une minute restante, et toujours rien. Il n’était plus difficile alors de deviner ce qui allait se produire.

Ilm raffermit sa pression sur les manches de ses katanas. Il ne restait plus que quinze secondes au compteur.

Dix secondes.

Il regardait tout autour de lui.

Huit secondes. Une ombre s’agita à sa gauche. Jördnyr se tourna légèrement dans la direction.

Cinq secondes.

Soudainement, l’imposante guerrière sortit de derrière un mur métallique en courant tel un bulldozer vers le centre. Comme prévu, les Kantouris avaient décidé, fichu pour fichu, de jouer la montre.

Alors que le capitaine d’équipe s’approchait pour l’intercepter, elle prit appui sur ses pieds et effectua un saut prodigieux qui lui permit de se retrouver en face d’Ilm. Elle laissa échapper un petit sourire en coin tout en levant son arme. Le jeune homme allait être obligé d’esquiver.

Deux secondes. Réfléchir.

La lance s’abattit sur lui.

Il leva les bras et attrapa les hanches de la guerrière, avant de se plaquer contre elle de toutes ses forces.

S’il avait bien calculé…

La manche prit fin dans un « dong » sonore.

Et la Khain Corporation menait par quatre points à zéro.

Ilm soupira. Une nouvelle phase de jeu serrée, mais ils étaient désormais presque sûrs de l’emporter.

Ils n’échangèrent aucun mot dans la zone de préparation, seulement de légers sourires. La confiance était au beau fixe.

Et la balle de match commence ! déclara le speaker. Les Kantouris sont dans une position extrêmement délicate. Parviendront-ils à se relever ? Rien n’est moins sûr, même s’il faut s’attendre à tous les retournements !

Dans les faits, l’équipe de la Khain avait déjà dépassé les 90 % de chances de l’emporter. Mais cela impliquait encore une possibilité de défaite. Et c’était suffisant pour ne surtout pas relâcher leur attention.

Leurs adversaires avaient cherché à profiter du statut de débutant d’Ilm pour l’effrayer et le faire oublier, l’espace d’un instant, qu’il devait rester au centre de l’arène pour gagner. Mais il ne s’était pas laissé prendre à ce jeu, et le rôle de VIP était revenu à Jördnyr, le capitaine de l’équipe et sa valeur sûre.

Ils se repositionnèrent au centre, et cette fois-ci, les Kantouris ne se firent pas prier pour arriver au contact.

De son corps flasque, Tsyza para sans trop de difficulté la première rafale de tirs, alors que leurs trois ennemis bondissaient dans leur direction. Autour du vieux Grejan se déployait une imposante couche nuageuse à la teinte rosâtre. Lorsqu’ils arrivèrent au contact, Ilm se sentit légèrement nauséeux. Mais il ne se relâcha pas pour autant.

Le petit droïde qui accompagnait toujours Junko entra soudain en surchauffe. Après une seconde de bruits électroniques aigus, une véritable boule d’énergie d’un mètre de diamètre déferla vers les combattants de la Khain. Jördnyr et Tsyza esquivèrent, mais Ilm n’eut, cette fois-ci, pas le bon réflexe. Frappé de plein fouet et brûlé par la sphère incandescente, il fut propulsé en arrière et alla s’écraser, après plusieurs roulades, quelques mètres plus loin.

Tsyza activa son lance-flammes et en bombarda ses adversaires, tandis que Jördnyr encaissait les coups de la géante.

Le jeune homme voulut se relever, mais un tir de minigun vint le toucher aux hanches, et il retomba au sol, quasiment inerte.

Allez... Pas maintenant...

Il activa son appareil d’invisibilité, se força à se soulever et effectua quelques roulades sur le côté. Puis il rampa sur quelques mètres en profitant de son invisibilité pour sortir pour de bon du champ de vision de ses ennemis.

Cette fois-ci, l’attaque frontale des Kantouris avait fonctionné. Jördnyr faiblissait à vue d’œil, et le soutien de Tsyza n’était pas suffisant. Ils étaient en deux contre trois. Néanmoins, un coup de pied placé au bon endroit parvint à déstabiliser la mastodonte, après quoi le capitaine de la Khain Corporation lui porta un puissant coup de masse dans les hanches qui lui brisa quelques cotes.

Ilm se releva pour de bon, réapparaissant par la même occasion. Il commença à longer les parois du centre de l’arène, pour se placer dans l’angle mort des tirs de Grejan et Junko, lesquels n’attendaient que ça.

Il s’approcha progressivement et vint se placer derrière ses deux coéquipiers. Il affermit sa prise sur ses katanas, réactiva son camouflage, et sortit de derrière son bouclier humain.

Un premier coup porté atteignit le bras gauche de la guerrière humaine. Puis il retourna la lame et la retira, de sorte à complètement sectionner le membre. Profitant de la confusion, il leva sa deuxième dague et, avant qu’elle n’eût pu faire quoi que ce soit, lui trancha la tête.

Le VIP de la manche était Grejan. Et il était désormais sans défense. Il lança un regard noir au jeune homme.

– Tu ne perds rien pour attendre, boucher de Kantour.

C’était la première fois qu’on l’appelait ainsi.

Cela aurait pu le faire reculer, ne fût-ce que temporairement. C’était sans doute ce que recherchait le vieillard, qui leva sa sarbacane. Mais il reçut à la place un violent coup de katana latéral qui lui brisa le crâne et le fit vaciller.

Ilm, une moue complètement inexpressive et dépourvue de la moindre pitié sur le visage, prononça quelques mots, plus pour lui-même que pour le défunt clone de son adversaire.

– Vos paroles ne m’atteignent en rien.

Et la Khain remporta une de ses victoires les plus écrasantes depuis plusieurs mois.

 

II

 

Ilm ne s’était jamais senti aussi flatté de toute sa vie. Il avait déjà eu le droit à nombre d’éloges après sa première partie, mais cette fois-ci, ils avaient été multipliés par trois. Après avoir été encensé par le speaker dans les secondes qui avaient suivi la fin du match, il avait été chaudement félicité par ses deux coéquipiers. Même Tsyza, pourtant muet pendant la totalité de la partie, avait prononcé le mot « félicitations » à travers son traducteur intégré.

Jördnyr lui avait administré une tape dans le dos à lui faire cracher ses poumons une fois rentrés dans les vestiaires, en riant à gorge déployée. Cette facette joviale tranchait complètement avec son humeur la veille, quand il avait raconté son histoire au jeune homme.

Puis dans le vaisseau, ç’avait été au tour de l’équipe technique, à commencer par Brynja, qui avait vanté ses mérites en déclarant qu’elle « n’avait jamais vu un rookie, aussi prometteur soit-il, porter un match avec autant de facilité dès sa deuxième sortie ».

Même Molly, son équipière dans l’Arène d’Arkashan, les avait attendus à l’entrée du quartier général de la Khain Corporation pour lui serrer la main en lui assurant qu’il risquait de « rapidement la remplacer » si les choses continuaient ainsi.

Il commença par se rendre dans ses quartiers puis se laissa tomber mollement sur son lit. Plusieurs émotions diffuses se battaient entre elles dans son esprit pour prendre le pouvoir.

Ce qui était certain, c’est qu’il avait fait exactement ce qu’il fallait. Il n’avait pas commis une seule erreur, toujours attendu le moment propice, et frappé sans pitié à chaque fois que ç’avait été nécessaire. Même la tentative de déstabilisation mentale du vieux Grejan ne l’avait pas affecté. Il se fit la réflexion qu’un mois plus tôt, il en aurait sans doute perdu ses moyens. Mais un mois plus tôt, il n’était ni l’épéiste sanglant ni le boucher de Kantour.

Après quelques minutes de pause, il ne s’était toujours pas calmé. Il décida donc de ressortir pour se promener au hasard dans les couloirs, pensant que le fait de marcher lui permettrait de reprendre ses esprits.

Mais ce fut tout sauf le hasard qui le guida très rapidement devant la porte de l’armurerie, puis à l’intérieur. Mais après avoir retourné le lieu dans tous les sens et frappé sans réponse à la porte de l’appartement, il se résolut à ressortir.

On était en début d’après-midi, sans doute était-elle ailleurs. Il se rendit alors compte qu’il n’avait pratiquement jamais exploré l’armurerie auparavant, et avait toujours, jusqu’ici, suivi une route précise qui n’avait jamais dévié.

En cherchant la jeune femme, il avait trouvé un ensemble d’armes diverses aux constructions particulières, et probablement issues de toutes les cultures que comptait la Synarchie, voire même au-delà, car la Khain l’avait précédée dans certaines opérations, notamment celle de Kantour.

Il était passé à côté d’objets à l’allure à moitié organique, dont certains nageaient dans un bac rempli de liquide, probablement originaire de la planète Skiutera. D’autres avaient un aspect parfaitement lisse, métallique et chromé, et d’autres encore misaient sur l’aspect pratique et étaient complètement asymétriques, sans doute issues des immenses fonderies continentales de Svandia.

Les mains de la multiplanétaire tentaculaire qu’était la Khain Corporation avaient des attaches sur toutes les planètes de la Synarchie. Il avait suffi de peu de choses à Ilm pour enfin le réaliser pleinement – même s’il le savait depuis le début. Ils n’étaient pas une simple société de sécurité, et le plus grand marchand d’armes de la Synarchie. Ils étaient bien plus que ça. Ils étaient probablement les seuls capables de faire plier le Synarque. Et ils recrutaient tous ceux qui avaient de bonnes raisons de le haïr. Lui inclus.

– Ilm ? Tu m’attendais ?

Le jeune homme se retourna et vit My qui le dévisageait avec curiosité.

– Oh, je… j’explorais un peu, se justifia-t-il.

– Ah, ça ! Cette armurerie est impressionnante ! confirma-t-elle avec un grand sourire.

Son regard s’illuminait toujours lorsqu’elle parlait de ce qui la passionnait tant.

– Je n’ai pas regardé la partie de ce matin, ajouta-t-elle. C’était comment ?

Ilm fut surpris par cette réplique. Elle ne s’y intéressait donc pas ? Ou alors n’avait-elle pas eu le temps ? Ou alors voulait-elle qu’il lui raconte ?

Ah, tais-toi un peu, s’admonesta-t-il mentalement.

– Oh, eh bien, on a gagné. Assez… euh, facilement, d’ailleurs.

Aucun mot de plus. Il attendait une réponse.

– Tu me racontes ?

Intérieurement, il essuya le ruissellement de sueur qui aurait pu perler sur son front. Les relations entre êtres humains étaient excessivement compliquées. Ils avaient développé un si grand nombre de valeurs, tellement de principes de morale et de bonne conduite, qu’il leur était devenu impossible de s’approcher directement. Tous passaient, les uns avec les autres, par des couloirs détournés. Et c’était le défi de tout un chacun de réussir à interpréter le sens des paroles de l’autre pour pouvoir répondre en retour avec une autre parole indirecte, renvoyant ainsi à l’autre la balle de l’incompréhension.

Tous ces chemins détournés rendaient l’amour plus compliqué qu’il ne l’était en réalité. Du moins, le jeune homme le percevait comme ça.

Aussi, il s’attela à détailler à la jeune femme le déroulement du match qui s’était terminé moins d’une heure plus tôt, cherchant à ne pas trop insister sur son rôle mais se mettant ainsi indirectement en valeur. Une fois qu’il eut terminé, il s’excusa :

– Désolé, je crois que je ne raconte pas très bien…

– Si j’ai bien compris, tout le monde te doit la victoire ? Tu n’es pas très modeste.

– Hein ? Mais, je…

Il était décidément mauvais dans son approche. Elle avait lu en lui comme dans un livre, et plutôt que de jouer son jeu, elle avait préféré enfoncer des portes ouvertes. Il avait du mal à savoir comment il devait le prendre.

– Ben, les autres n’ont pas arrêté de m’encenser depuis la fin du match… difficile de faire autrement.

Autant être franc.

Elle éclata d’un rire moqueur. Et lorsqu’elle eut arrêté, il l’embrassa.

Il ne savait pas si c’était le bon moment. Il ne savait pas s’il la forçait ou non. Elle lui avait fait laisser tomber l’idée de réfléchir, de toute façon. Alors il avait réagi à l’instinct, poussé par l’adrénaline qui régissait encore une partie de ses actions – il n’était sorti de la Fonderie de Svandia que depuis une demi-heure.

Elle ne chercha pas à se défaire. Sans doute avait-il trouvé le bon moment. Il y penserait plus tard. Pour l’heure, il n’avait aucune envie de desserrer son étreinte.

 

III

 

En six mois passés au sein du quartier général de la Khain Corporation, Ilm avait acquis, dans la sphère des Games of Glory, une réputation d’invincibilité écrasante. Il avait eu le temps d’effectuer vingt-huit matchs, sans connaître une seule fois la défaite. Il lui était arrivé de mourir, bien sûr.

La mort dans les Games of Glory était d’ailleurs une sensation très étrange. Ou plutôt, une absence de sensations très étrange. Il cessait soudainement de ressentir la moindre douleur, la moindre fatigue, la moindre contrainte. L’éclair d’un instant, il avait le temps d’entrapercevoir l’intérieur de la machine dans laquelle il était assis depuis la salle de contrôle des clones. Puis un noir inquiétant se faisait avant qu’il ne réapparût finalement dans la base de son équipe, une fois que son clone avait été entièrement restauré.

Plus le temps passait dans une partie, plus sa force, ses réflexes et l’ensemble de ses capacités augmentaient, ce qui conduisait à un temps de réparation supérieur, un temps de résurrection supérieur, et donc plus de temps passé dans le noir, coupé de tout son et de toute lumière. Il s’était pris à penser que c’était ce que vivait un être humain lorsqu’il mourait. Ou alors était-ce juste que sa vue, son ouïe et ses sensations étaient atrophiées pendant que l’on réparait le clone. Sans doute la deuxième option.

Mais pendant ce temps-là, une autre équipe continuait de battre tous les records. La Garde Synarchique connaissait alors l’apogée de sa puissance, avec cinquante-deux victoires consécutives. La Khain Corporation avait elle aussi connu la défaite contre le leader incontesté des Games of Glory, mais depuis qu’Ilm Kaelder avait rejoint l’équipe, les deux formations ne s’étaient jamais rencontrées. Évidemment, le jeune homme brûlait d’impatience à l’idée de ce match, et des échos qu’il en avait, c’était aussi le cas du public.

Lorsqu’on lui annonça que cette échéance arriverait dans une semaine, il dut refréner le puissant cri de joie qui avait voulu lui transpercer la gorge. Le match n’avait, au passage, aucun enjeu. C’était même la Garde Synarchique qui avait décidé de défier la Khain Corporation dans une partie d’exhibition, probablement pour ne pas laisser au jeune homme le temps de trop grandir – elle tenait à sa réputation.

Malgré son niveau indéniable, Ilm arriverait dans ce match dans une position d’outsider. Mais il n’éprouvait que l’envie d’en découdre et n’avait presque plus que l’esprit de compétition en tête. Jusqu’à ce qu’Eir ne décide de se rappeler à lui.

 

IV

 

– Qu’est-ce que tu viens encore faire ici ?? s’écria-t-il, plaqué contre un mur de sa chambre. My dormait à ses côtés, mais elle était comme gelée dans le temps. Même sa respiration ne faisait plus remonter son torse.

En face de lui, Eir n’avait toujours pas grandi. La différence d’âge était désormais suffisamment importante pour mettre le jeune homme mal à l’aise.

– C’est parce que tu m’as oubliée que l’écart se creuse.

Horrifié, Ilm était incapable de répondre. La jeune fille s’approcha.

– Tu as tout oublié. Tout.

– N… Non… ce n’est pas vrai…

– Tu sais très bien que si. Rappelle-moi pourquoi tu es venu ici ?

Le jeune homme avala sa salive. Il ne voulait pas répondre, mais se résolut à prononcer les trois mots qui avaient, durant un temps, perdu l’attention qu’il s’était promis de leur accorder :

– Tuer le Synarque.

Eir exhiba un sourire en coin.

Mais il était désormais complètement malsain.

– Tu dois tuer le Synarque, dit-elle. Tu dois me venger.

– Je…

– Si tu ne le fais pas, je disparaîtrai pour de bon. Tu veux effacer mon souvenir ?

– N… Non…

– Alors tu sais ce que tu as à faire.

Elle s’approcha de lui. Son visage à quelques centimètres de celui du jeune homme. Et articula :

– Tue le Synarque.

Lorsque Ilm émergea de son sommeil troublé, même la chaleur des bras de My ne parvint pas à effacer l’écho de la litanie qui s’était à nouveau imposée dans son esprit.