CHAPITRE 7 - L'ARÈNE

I

Ilm se réveilla avec difficulté, la tête dans les bras reposant sur une table, au milieu de la salle des armes. Cela faisait deux jours qu’il était dedans. Sa luminosité fonctionnant selon un cycle jour/nuit calqué sur celui de la planète Arkashan, il se mettait à dormir assez rapidement après que l’obscurité s’était faite suffisamment présente.

Ici, il devait être cinq heures du matin, car la lumière était orangée, ce qui indiquait que le « soleil » commençait à peine à se lever. Il n’avait pas dormi au mieux, ce qui était logique vu qu’il avait passé trois nuits en position assise et le dos courbé. Enfin, il savait très bien que cela ne durerait pas grâce aux boissons de mise en forme de la Khain Corp, qu’il buvait presque tous les matins.

Mais il savait qu’aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres. C’était le jour J. C’était pour cette raison qu’il s’était réveillé aussi tôt par rapport à d’habitude, accablé qu’il était par le stress. C’était aujourd’hui qu’il allait enfin entrer dans l’Arène.

Il se passa les mains sur le visage comme pour en chasser toute fatigue, puis se décida enfin à sortir de la pièce. La porte était ouverte, alors qu’elle avait jusqu’ici été verrouillée pour lui. À peine eut-il mis le pied dehors qu’il perdit l’équilibre et fut réceptionné par les bras de My, qui l’attendait.

– Pas trop fatigué ? demanda-t-elle, souriante.

– Je… Je crois que ça va.

– Ne t’inquiète pas, tu es resté trois jours dans un environnement virtuel, c’est logique d’être déstabilisé au retour.

– Ah bon…

My acquiesça, et il réalisa qu’il était dans ses bras depuis plusieurs secondes. Ce n’était pas désagréable, mais il se pressa de se relever en s’excusant.

– C’est vrai que tu pèses ton poids, s’amusa la jeune femme avec un sourire espiègle.

D’un doigt, elle l’enjoignit à nouveau à la suivre, et ils traversèrent à nouveau la gigantesque armurerie de la Khain Corp. Une fois à la sortie, ils s’apprêtèrent à se séparer.

– Désolée, mais je dois rester dans l’armurerie m’assurer que tout fonctionne niveau systèmes de défense, au cas où. Ça fait partie de mon travail.

– Je vois… J’espère qu’on aura vite l’occasion de se reparler, lui dit Ilm avec un demi-sourire.

Elle le lui rendit, et plissa un peu les yeux. Puis elle ferma la porte.

Comme s’il venait d’être libéré d’un sortilège, le jeune homme sembla reprendre ses esprits. Après être resté sur place pendant quelques secondes, il se retourna et tomba nez à nez avec l’homme qui l’avait conduit au même endroit quelques jours plus tôt.

– Bonjour, monsieur Kaelder.

– Oh, bonjour… euh…

– Dellinger, répondit l’intéressé, apparemment ravi que l’on s’intéresse à lui, pour une fois. Je suis chargé de vous conduire dans le hangar.

– Très bien.

Tout en disant cela, Ilm fronça les sourcils avec une certaine appréhension. Cela faisait si longtemps qu’il attendait ce jour, et il était enfin là. Il ne devait surtout pas flancher, pas dans un moment aussi décisif.

Dellinger le guida pendant quelques minutes à travers les larges couloirs du bâtiment de la Khain Corp. C’était probablement l’endroit le plus propre et le mieux aménagé qu’Ilm avait jamais vu. Et malgré la taille énorme de l’édifice, il était impossible de s’y perdre.

Ils arrivèrent finalement à une nouvelle porte que le jeune homme n’avait traversée qu’une seule fois, à son arrivée. Elle menait sur le hangar de la Khain Corp. Organisé sur dix étages du gratte-ciel, il était constitué de trois voies bordées de navettes et de vaisseaux destinés à des transports plus ou moins longs.

Ilm et Dellinger empruntèrent la voie de droite, et le jeune homme put apercevoir Jördnyr, accompagné de cinq personnes. L’une d’entre elles était le professeur qui enseignait à Ilm la stratégie en jeu, Anders Larsson. Il était également l’un des entraîneurs de l’équipe compétitive. Le jeune homme supposa donc que les autres étaient deux combattants et deux autres membres de l’équipe technique.

Il y a avait là un insectoïde replet en blouse blanche, une femme de grande taille aux cheveux blonds et aux contours fins, et un imposant colosse à la peau grise et écailleuse. La tête de ce dernier arborait une immense corne, et son visage aux yeux rouges avait tout pour intimider.

Lorsque Jördnyr vit le nouvel arrivant, il le salua d’un signe de tête et avec un sourire en coin.

– Tu te sens prêt, Ilm ?

Le jeune homme, quoiqu’un peu intimidé, hocha la tête en inspirant.

– Parfait, dit le capitaine de l’équipe. Je te présente tes autres coéquipiers : Molly (il désigna la fille…) et Jasper (… puis le colosse).

– Je… Bonjour, risqua-t-il.

Jasper lui répondit d’un très léger hochement de tête, en le fixant d’un air dont Ilm ne savait trop quoi penser. Et Molly lui fit un simple signe de la main en souriant chaleureusement. Aucun d’entre eux ne semblait, pour le moment, particulièrement décidé à parler.

Jördnyr conclut ensuite les présentations avec Brynja Hakansson, l’entraîneuse en chef de l’équipe compétitive, et l’analyste insectoïde Erika Balling.

– Le match commencera dans une heure, expliqua Brynja sans transition aucune. Donc on va avoir un peu moins de temps que d’habitude pour peaufiner. Oubliez pas qu’aujourd’hui, on joue Skiutera, gros morceau. Donc il va falloir être super précis sur les rotations, ok ?

Les trois joueurs aguerris, même Jördnyr, approuvèrent en cœur d’un « Oui ! » sonore, et Ilm, surpris, se contenta d’acquiescer vigoureusement.

Puis le capitaine incita de la main tout le groupe à entrer dans la navette devant laquelle ils se trouvaient depuis quelques minutes. Ilm passa la porte, et s’installa sur un long banc de métal rembourré de cuir, rapidement imité par Molly et Jasper.

Quelques minutes après que tout le monde fut rentré, le pilote arriva un peu en retard et se rendit dans sa cabine. La navette s’ébranla et commença à s’élever dans les airs, presque sans bruit. Seule une petite vibration témoignait de l’état de marche des moteurs.

Le vaisseau commença à s’élever, et Ilm sentit le sol se pencher. Cette sensation s’accentua, jusqu’à ce qu’il se décide à jeter, juste derrière lui, un œil à la fenêtre à triple vitrage. C’est alors qu’il comprit : le vaisseau montait sans discontinuer, et était désormais presque totalement à la verticale. Le système d’anti-gravité de la navette diminuait largement la sensation de ce fait, et le jeune homme avait l’impression que le sol avait brusquement viré à 90°.

C’est alors que Brynja Hakansson claqua dans ses mains, le faisant sursauter. Il détourna son regard et reprit ses esprits.

– Bon ! s’exclama-t-elle. Petit rappel stratégique pour commencer.

Tout le monde se pencha en avant pour écouter le discours qu’elle préparait.

– Les Skiuterans sont des habitués du ralentissement et des combats groupés, mais ils ont tendance à être moins bons pour arrêter les prises sur le flanc. Il faut que vous soyez très actifs au début de la partie, avant qu’ils ne puissent acheter des armes trop puissantes. L’idéal serait de contrôler les points de crédit, et le point de victoire central. Dès que vous les dépassez en termes d’équipement, vous prenez les flancs dans un petit couloir, et comme toujours, faites attention au Juge. On va entrer dans les détails statistiques, maintenant.

Ilm n’écouta la suite qu’à moitié. Il avait beaucoup de mal à comprendre toute la partie technique, et savait également que Jördnyr serait là pour l’épauler dans son premier match. Ce fut cependant le coup de coude discret mais bien placé de Molly qui le poussa à quand même à suivre la fin des explications de Brynja.

– Rappelons rapidement les timings. À 7 secondes, il faut que le duo 1 soit sur le premier point de victoire, et le duo 2 à 20 secondes sur celui du milieu, puis couverture et prise du point de crédit nord avec retraite sur la plateforme en cas de problème. Si tout se passe sans accroc jusqu’ici, séparation temporaire, point de victoire ennemi et point de crédit du bas. On évite les affrontements jusqu’au premier achat d’armes. Après ça, embuscade à quatre sur le point allié. S’ils viennent, normalement, c’est la brochette. Sinon, un éclaireur sort et les autres suivent, et nouvelle séparation, point du milieu et cherchez ce qui n’est pas pris, priorité aux crédits tant qu’au moins un victoire est pris. Si on est ok, on continue comme d’habitude et à l’entraînement théorique pour le nouveau. Sinon, je le rappelle, n’hésitez pas à brûler quelques étapes. Mais surtout, Skiutera, pas d’affrontement avant le premier achat d’armes. Et attention au poison de Xeruud. Tout le monde est bon ?

– Oui pour moi, confirma Molly.

– Pareil, Bryn’, dit Jördnyr.

Jasper se contenta de hocher la tête, et Ilm fit de même.

Brynja sourit, et passa aux recommandations d’équipements.

II

 

Après plusieurs minutes d’élévation continue dans les airs, la navette cessa de prendre de l’altitude, ralentissant rapidement avant de prendre de nouveau de la vitesse. Elle fila droit devant elle pendant quelques minutes avant de se stabiliser de nouveau. Constatant la légère diminution du bruit des moteurs, Ilm regarda par le hublot, et resta bouche bée devant ce qu’il voyait.

Une gigantesque structure flottante, soutenue par quatre puissants réacteurs circulaires de dix mètres de diamètre chacun. Tout le reste était en métal, recouvert d’or et d’argent, qui brillaient sous le soleil d’Arkashan. Même s’il avait déjà entendu sa description et vu des images d’elle à plusieurs reprises, il n’arrivait pas à y croire alors qu’il la voyait désormais de ses propres yeux. Ils étaient arrivés devant l’Arène d’Arkashan.

La navette entra dans une bouche couverte par un portail empêchant l’air de s’échapper – à cette altitude, il n’y en aurait pas eu assez pour permettre au moins à des êtres humains de survivre. Les moteurs se coupèrent, et les athlètes, ainsi que leur équipe technique, se levèrent comme un seul homme, Ilm suivant le mouvement commun avec un peu de retard.

Ils sortirent. L’intérieur était tout aussi impressionnant. C’était un hall titanesque aux murs chromés et où des dizaines de personnes s’affairaient, comme des fourmis. Il devait s’agir de l’entrée des professionnels. L’équipe de la Khain Corporation se dirigea de l’autre côté, où se trouvait l’ouverture d’un large couloir, qui paraissait pourtant minuscule à côté de tout le reste.

Le long de ce dernier se trouvaient plusieurs portes automatiques. Au bout de quelques dizaines de mètres, Brynja, qui ouvrait la marche, se dirigea vers l’une d’entre elles, et sortit de la poche de son pantalon une carte magnétique qu’elle passa dans le détecteur à droite de la porte. Celle-ci s’ouvrit dans un son feutré, et ils entrèrent. C’était la loge réservée à leur équipe.

Les Games of Glory fonctionnaient selon un système de ligue franchisée. Si une entité voulait se rajouter aux concurrents déjà présents, elle devait payer une somme importante ou au moins obtenir une certification synarchique. Ainsi le pouvoir exécutif pouvait conserver un droit de décision, et ne laissait pas n’importe qui jouer les trouble-fêtes. Ce qui n’avait pas empêché la Khain de devenir de plus en plus puissante, dans et hors des Jeux, suffisamment pour déséquilibrer les paris.

À chaque fois qu’un différend avait lieu entre deux factions, l’une pouvait défier l’autre aux Jeux. Cette dernière choisissait alors l’arène dans laquelle le match serait disputé. Le pouvoir exécutif décidait ensuite du jour où le match aurait lieu. Le résultat de la partie prévalait sur tout le reste, et donnait raison au gagnant concernant la querelle. En outre, des matchs d’exhibition étaient organisés lors des – rares – périodes de calme, et un classement mis à jour après chaque match permettait aux spectateurs de voir quelles étaient les meilleures équipes. La Garde Synarchique caracolait en tête, suivie de la Khain Corporation, des Dead Enders et des Kantouris. Venaient ensuite les Skiuterans, qu’Ilm allait affronter aujourd’hui.

Le différend concernait l’exploitation d’un gisement minier sur la planète Skiutera. La Khain Corp était gigantesque et étendait ses activités ; l’exploitation minière était l’une d’elles. Mais cette dernière risquait de polluer toute une zone de l’océan de Skiutera. Pour éviter cela, les autorités allaient devoir concevoir un gigantesque filet de prévention confinant les déchets miniers, et déplacer toute une communauté d’autochtones. Ils avaient donc logiquement refusé l’installation de la Khain Corporation en dépit des contrats en vigueur, et cette dernière, pour éviter des années d’âpres négociations, avait répondu en invoquant la juridiction toute puissante des Jeux de la Gloire.

Dans la loge, Brynja détailla à nouveau la stratégie qui allait être appliquée. Cela dura un quart d’heure. Ilm avait beaucoup de mal à écouter. Depuis qu’il était sorti de la navette, il avait senti une boule se former dans son ventre, et croître de plus en plus. C’était aujourd’hui. C’était aujourd’hui. C’était aujourd’hui.

Un quart d’heure plus tard, une voix résonna dans un haut parleur placé dans le coin d’un mur.

– Le match commence dans cinq minutes. Les joueurs sont invités à se diriger vers leurs interfaces.

Brynja hocha la tête, et prononça ses quelques derniers mots :

– Ne sous-estimez surtout pas les Skiuterans, répéta-t-elle, puis s’adressant à Ilm : je sais qu’il s’agit pour toi d’un baptême du feu. Mais n’oublie pas que si nous te faisons confiance, c’est pour une raison. Donne tout ce que tu as, et tu feras ce que l’on attend de toi.

Ilm acquiesça frénétiquement. Puis Jördnyr, Molly, Jasper et lui sortirent de la loge. Ils suivirent le capitaine de l’équipe jusqu’à une nouvelle salle, dans laquelle se trouvaient quatre sièges circulaires dotés de manettes, et d’un casque. Ilm savait évidemment de quoi il s’agissait : les modules de connexion aux clones.

Tous commencèrent à s’installer, et placèrent les casques sur leurs têtes. Pas un seul mot. Puis, alors qu’un compte à rebours s’affichait sur l’écran à l’intérieur du casque, il se sentit partir…

… puis se réveilla à l’intérieur de son clone. Hormis cette étrange sensation, rien n’avait changé. Il avait exactement les mêmes réflexes. Pour l’instant. Il savait que plus la partie progresserait, plus sa force, sa vitesse et ses capacités augmenteraient.

Il se trouvait dans un élévateur circulaire entouré de sièges de cuir et aux murs métalliques. Les lampes placées sur les côtés diffusaient une lumière tamisée. Devant lui, un panneau holographique affichait les mots « Restez concentrés ». Ses coéquipiers l’entouraient.

– Alors, cette première fois dans un clone ? lui demanda Molly, son sourire espiègle visiblement habituel au visage.

– Ça va, j’ai l’impression, répondit Ilm en se forçant à sourire.

L’élévateur avait commencé à descendre. Et une voix féminine métallique les interpella.

– Mesdames, messieurs, et espèces variées, veuillez rester concentrés.

Elle marqua une pause, et Ilm se crispa.

Soudain, un bruit d’alerte se fit entendre alors que les battants métalliques sur les murs se redressaient, ne laissant plus filtrer la lumière du soleil. La pièce se trouva enveloppée d’une aura rougeâtre. Les mots « Préparez-vous » s’affichèrent sur le panneau.

Ilm serra les dents, et jeta un coup d’œil à ses bras. Deux de ses disques de camouflage étaient accrochés sur ses poignets, comme des montres. Il n’avait qu’à passer les mains dessus pour leur faire prendre effet. Une combinaison de ses compétences et de celles de My, à qui il les avait confiés durant ses trois jours de préparation intensive.

– Préparez-vous au lancement, reprit la voix. Ouverture des portes.

Un souffle puissant. L’élévateur s’arrêta. Les quatre compétiteurs s’étaient levés. En face d’eux, une grande porte métallique, grise et dorée, commença à s’ouvrir en trois parties. La lumière du soleil se fit à nouveau reine à l’intérieur de ce petit espace. Mais il n’allait plus y rester longtemps.

– Faites-vous aimer de la foule, champions, conclut la voix féminine. Et gloire au Synarque.

III

 

Ilm entra dans l’Arène et la foule les engloutit dans ses hurlements. Tout autour de lui n’était que bruit. Il pouvait entendre de manière palpable les encouragements des spectateurs venus assister au match. La voix du speaker se fit entendre.

– Mesdames, messieurs, et espèces variées, bienvenue pour cette nouvelle confrontation des Games of Glory ! Le match s’apprête à commencer, et les deux équipes sont déjà en train de récupérer leurs premiers équipements.

Ilm regarda à sa gauche. Un petit promontoire métallique. Des figures holographiques en roulement. Un petit écran à côté. Il pianota sur ce dernier, faisant apparaître deux dagues aux lames bleutées. Il confirma leur achat, et l’hologramme fut entouré d’une lueur dorée. Les armes apparurent de manière solide, et il s’en saisit. Ses coéquipiers avaient fait de même.

La voix féminine se fit à nouveau entendre.

– Bienvenue dans l’Arène d’Arkashan. Que le match commence. Et gloire à notre protecteur bien aimé, le Synarque.

– Exactement, Aina, lui répondit le speaker. Ce match promet d’être exceptionnel. L’atmosphère est électrique, et les clones ont l’air magnifiques !

– Vous êtes tous prêts ? demanda Jördnyr.

Ilm acquiesça en souriant pour cacher son stress. Les joueurs se mirent en mouvement et se dirigèrent vers les barrières énergétiques, qui étaient toujours fermées. Devant eux s’étendaient les couloirs aux murs d’or chromés, les portes, les points lumineux et les téléporteurs de l’Arène d’Arkashan.

– Le match commence dans quelques secondes.

– On se sépare comme prévu. Ilm avec moi, Jasper avec Molly.

– Commencez !

Un bruit d’électricité, et un léger clignotement de la lumière des barrières. Puis ils s’élancèrent.

Ilm et Jördnyr avaient été affectés au duo 1, pour faciliter la tâche du nouveau joueur. De plus, Molly se battait en posant des mines camouflées sur le sol, ce qui lui permettait de sécuriser le terrain.

Toute l’équipe avait traversé en même temps le téléporteur situé entre les deux entrées de la base. Ce portail, semblable à un ovale bleu, les emmena dans un nouvel espace, la plateforme, où, d’ici quelques minutes, apparaîtrait le Juge. Mais pour l’heure, elle était vide, et peu dangereuse. À un détail près.

– Ils veulent nous doubler, annonça calmement Molly tout en disposant ses premières mines.

En effet, à vingt mètres d’eux, quatre silhouettes se rapprochaient.

– On tire ! cria Jördnyr. On ne rompt pas la stratégie.

Les silhouettes se précisèrent. Les Skiuterans semblaient être des masses à moitié liquides en mouvement. Leurs peaux gélatineuses avaient des teintes vertes ou bleues, et leurs pieds, ou plutôt des pseudopodes, semblaient comme glisser sur le sol métallique de la plateforme.

Ilm leva son arme et retira la sécurité. Molly avait été plus rapide, et tira la première, avant de se baisser pour esquiver une salve venant dans sa direction. Un nouveau tir fila vers Ilm, qui l’évita de justesse en se déportant sur la gauche. C’était bien moins facile en situation réelle.

– Ilm, on y va, souffla Jördnyr.

Le jeune homme hocha la tête et le suivit dans le téléporteur menant au point de victoire le plus proche de leur base. Ils débouchèrent ainsi dans une salle circulaire à deux entrées, au milieu de laquelle se tenait un cercle de verre. En dessous se trouvaient des plantes de Kantour. Jördnyr et Ilm allèrent se placer dessus, et une lumière bleutée commença à remplir le cercle. Un son cristallin se fit finalement entendre : le point de victoire était sécurisé pour l’équipe de la Khain.

– On est en retard de trois secondes, dit Jördnyr. Allons-y.

Ilm acquiesça et s’élança à sa suite hors de la salle.

 

IV

 

Molly et Jasper étaient déjà en plein combat quand Ilm et Jördnyr arrivèrent au niveau du point de victoire médian de l’Arène d’Arkashan. Le colosse protégeait la tireuse qui, armée d’un fusil de précision, envoyait d’imposantes salves énergétiques dans la tête des ennemis. Ceux-ci ripostaient par rafales de balles régulières, que Jasper s’efforçait de bloquer. Lorsque le capitaine de l’équipe arriva à son secours, et commença à se rapprocher des deux Skiuterans en dégainant son fusil à pompe, ils détalèrent sans demander leur reste, l’un sautant par dessus un mur, l’autre effectuant une longue et rapide glissade en avant, qui laissa derrière lui une traînée de bave verdâtre.

– Molly et Ilm sur le point nord. Moi et Jasper, on valide le point de victoire médian, puis on vous suit.

Tous deux approuvèrent et montèrent vers l’endroit indiqué, conformément à la stratégie mise en place par Brynja.

– On s’en sort bien ? risqua le jeune homme.

– Moyennement, répondit Molly. Mais ils ont fait quelque chose d’inattendu. Ils ont joué sur les probabilités, on n’y pouvait rien.

Elle n’ajouta rien de plus, et ils arrivèrent au point de crédit, Ilm comprenant cela comme un appel à ne pas trop diverger, même si elle avait sans doute bien perçu ses interrogations. Bientôt, Jördnyr et Jasper arrivèrent, et ils se regroupèrent pour se diriger vers le point de crédit sud, en contournant la salle du point médian de leur côté.

 

Les Skiuterans avaient tendu une ambuscade.

 

– Merde ! jura Jasper. À couvert !

Molly, bien placée derrière ses deux gardes du corps, arma son fusil et commença à viser. Mais les Skiuterans s’étaient déjà repliés. Ils les harcelaient pour leur faire prendre du retard.

– Ils ont verrouillé deux points de victoire, indiqua Jördnyr. Égalité aux crédits. Deux d’entre nous retournent à la base et verrouillent le point allié ouest. Un avec moi pour une reconnaissance.

Ilm se proposa immédiatement. C’était pour lui l’occasion de se montrer au grand jour. Jördnyr devait être du même avis, car il approuva, et ils partirent tous les deux vers la zone ennemie.

Le chemin le plus rapide pour y arriver était d’aller tout droit, puis d’emprunter l’une des deux allées menant à leur base ou à la salle de leur point de victoire. Mais faire cela serait prendre un risque inconsidéré. Ilm suivit ainsi Jördnyr au téléporteur nord, menant directement à la plateforme. Le système de téléporteurs de l’Arène d’Arkashan ajoutait un nombre conséquent de routes potentiellement empruntables par les joueurs. Lorsqu’ils arrivèrent devant celui qui allait les conduire au point de victoire ennemi, le capitaine marqua un temps d’arrêt.

– Il est fort possible qu’ils nous tendent un piège à la sortie. Donc il ne serait pas étonnant que nous mourrions dans le processus. Pour l’instant, tes armes ne sont pas encore assez puissantes pour pouvoir rivaliser avec celles des Skiuterans, donc contente-toi de rester derrière moi. Si on se retrouve face à ne serait-ce qu’un ennemi, tu décampes en premier par l’une des deux portes, et je couvre tes arrières. Mais ne mets pas une distance trop importante entre nous, car s’ils arrivent par devant, tu n’auras pas le temps de crier. C’est compris ?

– Oui, capitaine ! s’exclama le jeune homme.

Puis ils traversèrent le téléporteur.

Il n’y avait personne de l’autre côté. A priori. Ilm commença donc à s’approcher du point de victoire, avant d’être arrêté par Jördnyr.

– Stop ! Si on fait ça, on va tout de suite les alerter.

Ils se plaquèrent tous deux contre les murs métalliques de la salle, proches d’une des deux entrées de cette dernière. Jördnyr en profita pour contacter ses coéquipiers grâce à l’outil de communication à distance dont tous les clones étaient dotés.

– Molly, Jasper. Rien à signaler au niveau du victoire ennemi. Et vous ?

Une voix métallique, celle de Molly, s’imposa alors dans la tête d’Ilm :

– On est pris en étau. Capturez les points. On va probablement mourir.

– Bien reçu.

Jördnyr interrompit la communication, et lâcha un juron presque inaudible. Ilm se dirigeait déjà vers le point, et tous deux s’occupèrent de le verrouiller.

– Rappel, déclara le capitaine. On rentre à la base, regroupement stratégique.

– Rappel ! suivit Ilm.

À cette commande vocale, le corps du jeune homme fut entouré d’une aura blanche formée de plusieurs cercles concentriques qui remontèrent de ses pieds jusqu’à sa tête. Il entendit la voix du speaker enjoué déclarer :

– Et le sang a enfin coulé dans l’Arène d’Arkashan ! Avec ces deux éliminations, les Skiuterans commencent leur match sur des chapeaux de roues !

Puis il y eut un flash lumineux, et l’instant d’après, Ilm était de retour à la « boutique » de la base Khain Corp.

Molly et Jasper, déjà revenus à la vie, les y attendaient.

– Ok, dit le capitaine, on a tous de quoi acheter nos nouvelles armes ?

Ses quatre coéquipiers hochèrent la tête. Tous avaient déjà sélectionné dans la boutique de l’arène des mises à jour de ces dernières, plus grosses et visiblement plus sophistiquées. Ilm avait troqué ses dagues courtes et toujours inutilisées contre de nouvelles dagues plus larges dont l’aspect presque translucide reflétait la lumière artificielle de l’Arène. Son capitaine, quant à lui, venait d’acquérir un fusil à pompe aimanté.

– Cette fois, on joue l’agression, dit Jördnyr. Il faut qu’on fasse un ace et qu’on reprenne l’avantage. On reste groupés jusqu’au point médian, puis on se sépare en deux. Ilm avec moi, Molly avec Jasper.

Ces ordres dispensés, tous suivirent le capitaine de la Khain en-dehors de la base, et se séparèrent comme prévu au point médian. Il n’y avait presque plus de bruit, hormis la rumeur de la foule, qui, elle aussi, semblait retenir son souffle, pressentant un affrontement évident. Même Ilm avait compris ce que cela signifiait : les deux équipes étaient toutes proches l’une de l’autre.

Un bruit spongieux se fit alors entendre derrière lui, et il se retourna immédiatement, en levant l’arme de sa main droite, pour parer in extremis l’une des dagues renforcées du Skiuteran vert qui lui avait foncé dessus. Les deux lames s’entrechoquèrent avec force, et les deux opposants étaient tout proches l’un de l’autre.

Derrière le Skiuteran vert approchait son coéquipier, un mastodonte bleu au ventre rebondi qui tenait d’une main translucide une gigantesque masse pareille à une ancre rouillée. Ilm connaissait déjà les noms de ces deux ennemis : Xeruud et Suu’Chadak, les deux guerriers skiuterans les plus célèbres de toute la Synarchie.

– Vous ne nous aurez plus au jeu de la fuite, dit le premier, tandis que le deuxième ajoutait, d’une voix suave et étrangement aiguë :

– Désolé à toi, novice, mais nous n’avons pas le choix.

Jördnyr arriva immédiatement au secours du jeune homme et, d’un coup de coude bien placé, força le Skiuteran verdâtre à reculer. Suu’Chadak, derrière lui, s’avança et fit tournoyer sa masse, frappant le capitaine de plein fouet. Ce dernier sauta en arrière en poussant un juron. Ilm se retrouva à nouveau en première ligne, et Xeruud, profitant de son inaction, dégaîna ses deux lames.

Le duel s’engagea. Un coup, deux coups, trois coups. Ilm parait, tant bien que mal, les attaques vives et puissantes de son assaillant, mais ces gladiateurs avaient l’expérience de plusieurs années de combats, et cela se sentait. De plus, la puissance des combattants augmentait au cours de la partie, ce qui produisait sur le jeune homme un effet de légèreté très difficile à gérer, même s’il y avait déjà été confronté pendant son entraînement. Il avait l’impression que ses coups partaient trop loin, et que tous ses mouvements étaient trop rapides. S’il continuait comme ça, il allait s’essouffler – du moins le pensait-il, car les clones étaient bien plus robustes que les êtres vivants normaux, et l’essoufflement avait été considérablement réduit. Des capacités qu’une loi de la Synarchie avait rendues interdites en dehors du clonage, du fait des dérives dangereuses qu’elles pouvaient entraîner.

Soudain, Xeruud se baissa, et, allongeant son bras gélatineux, vint frapper Ilm à l’abdomen. Déstabilisé, le jeune homme faillit lâcher sa dague, et le Skiuteran en profita pour tenter de l’atteindre au visage. Ilm esquiva de justesse. Mais il ne put pas en faire autant avec la masse de Suu’Chadak, qui s’était approché sans qu’il ne s’en rende compte, trop concentré sur son combat présent.

Il dut son salut au retour de Jördnyr, qui, d’un coup de fusil à pompe, dévia la trajectoire de l’arme du mastodonte bleuâtre. Suu’Chadak poussa un cri, et posa une main et un genou à terre. Ilm pensa alors que son capitaine l’avait fait plier. Mais il n’en était rien.

– Éloigne-toi ! lui intima Jördnyr.

Ilm s’exécuta en bondissant en arrière, juste à temps pour ne pas se retrouver embourbé dans la flaque aqueuse de plusieurs mètres qui se matérialisait alors. Depuis les hauteurs, le speaker repartait dans une envolée lyrique.

– Et nous pouvons voir l’exécution de l’impressionnante compétence de Suu’Chadak. Les cartes sont désormais redistribuées, et il est très difficile de voir qui, ici, remportera ce duel, alors que pour l’heure, l’autre affrontement semble tourner à l’avantage de Skiutera !

À cette affirmation, le sang d’Ilm se glaça dans ses veines. Il s’agissait de sa toute première apparition dans l’Arène d’Arkashan, et il n’avait toujours rien accompli. Paralysé par l’enjeu, il n’avait presque rien dit de tout le match, ne prenant presque aucune initiative et se contentant de suivre aveuglément ses coéquipiers. Maintenant, il se retrouvait en grande difficulté contre le membre, certes le plus renommé, mais d’une équipe moins bien classée que celle de la Khain Corp. Si cette première partie se soldait pour lui par un échec et une mauvaise performance, il pouvait dire au revoir à sa place de titulaire.

Agir, vite. Calme-toi. Ne fais pas n’importe quoi. Pense rationnellement. Esprit d’équipe.

Le temps semblait avoir ralenti autour de lui. Jördnyr, muni de son fusil à pompe, était aux prises avec Suu’Chadak. Si Ilm ne faisait rien, il se retrouverait bientôt acculé entre deux membres de l’équipe de Skiutera, et malgré sa robustesse et son intelligence de jeu, il ne risquait pas de faire long feu. Xeruud commençait d’ailleurs à se détourner du jeune homme dans ce but. Il avait très bien compris que s’ils faisaient tomber maintenant le capitaine de la Khain Corporation, ils allaient prendre un avantage pratiquement irrattrapable. Il l’avait déjà vu dans les parties des Jeux qu’il avait regardées, au Foyer puis au Centre d’entraînement de la Khain. Les matchs se jouaient très souvent dans les premières minutes, et les meilleures équipes ne lâchaient que rarement leur avantage. Les parties les plus intéressantes étaient celles où les deux équipes se maintenaient au coude à coude, attendant le bon moment pour profiter d’une erreur ou trouver l’engagement d’un combat décisif.

Et cette occasion se présentait à Ilm sur un plateau d’argent. À cet instant même.

Il savait quoi faire.

D’un mouvement sec de la main et du bras, il récupéra l’un de ses disques de camouflage, et l’activa.

Prenant appui sur sa jambe droite, il effectua deux puissants bonds en avant, devançant de peu le Skiuteran. Le camouflage s’estompa et ce dernier, surpris, s’arrêta net. Il se mit en garde, mais avait réagi trop tard. La lame de la dague d’Ilm vint lui trancher le cou. Puis il effectua une rotation sur lui-même et, de l’autre lame, sépara la tête de Xeruud de son corps gélatineux.

Cette dernière tomba dans un bruit sinistre. Mais c’était un Skiuteran, et ses membres repoussaient tant que son cerveau-cœur, situé au centre de son buste, n’était pas atteint. Alors, avant même qu’il n’eût eu le temps de régénérer ses yeux, Ilm planta ses deux lames le plus profondément possible dans la chair meuble de son adversaire.

Son organe sonore avait déjà repoussé et émit un horrible cri déformé de souffrance. Puis il s’écroula comme une poupée désarticulée. Une poupée à moitié liquide.

Ne pas se reposer sur ses lauriers.

Leçon évidente apprise dans les Catacombes. Il devait aller aider Jördnyr. Suu’Chadak venait de réaliser la mort de son équipier, mais n’en sembla pas déstabilisé.

– Je vois, dit-il.

Puis il commença à reculer en se servant de sa masse comme d’un bouclier dissuasif.

Mais Ilm ne comptait pas le laisser partir. Il réactiva son camouflage, et se mit à courir.

Jouer en équipe. Jördnyr derrière moi.

Fusil à pompe.

Aimanté.

– Tirez-lui dessus ! cria-t-il, sans savoir si sa requête obtiendrait satisfaction.

Et elle l’obtint.

Le fusil à pompe aimanté ramenait les ennemis dans la direction de l’arme. Suu’Chadak était encore dans sa portée mais s’en éloignait – c’est alors qu’il marcha sur l’une des mines qu’avait préalablement posées Molly. Elle explosa, le blessant et ralentissant sa fuite. Il fut soudain attiré par une force plus puissante que celle de ses jambes massives. Il manqua de tomber à la renverse, et se servit de son arme pour faire contrepoids. Mais ce qu’Ilm escomptait était désormais possible.

Il bondit à nouveau, puis eut le temps, avant que son camouflage ne disparaisse, de se glisser sous l’énorme ancre dont Suu’Chadak était doté. Surtout ne pas lui laisser le temps de réagir. Il lui planta la dague dans le cœur.

Le même hurlement sinistre et décomposé.

Et deux Skiuterans étaient morts.

La foule, qui, jusqu’ici, avait retenu son souffle, exulta en même temps que le speaker.

– Incroyable ! Le rookie de la Khain Corporation, Ilm Kaelder, vient de réaliser un doublé pour sa première sortie professionnelle ! Le prodige annoncé par les experts révèle aujourd’hui à la Synarchie entière l’étendue de sa puissance !

Le jeune homme peinait à entendre. Son esprit était monopolisé par l’adrénaline montée au cerveau, et il prêtait moins attention à ce qui se déroulait autour de lui.

Ce fut Jördnyr qui, d’une tape dans le dos, le ramena à la réalité.

– Excellent travail d’équipe ! Il faut qu’on aille aider les autres !

Son énervement des minutes précédentes semblait appartenir au passé. Jördnyr avait retrouvé toute sa force et était plus que jamais prêt à mener son équipe. Ilm vint à sa suite, sachant qu’il allait devoir suivre ses indications à la lettre. Mais désormais, plus grand-chose ne séparait la Khain Corporation de la victoire.